Référencé vos produits

Fiche produit/service

Services

Performance des entreprises du BTP 2019

Etude 2019

BTP BANQUE
Etude 2019
recevoir une documentation demande d'un devis Achat du produit

PARTAGER

Imprimer partager par mail



Descriptif



 

Une année 2018 marquée par une amélioration

de la rentabilité des entreprises du BTP

 

Depuis 10 ans, l’étude annuelle de BTP Banque analyse l’évolution du secteur du BTP en s’appuyant sur les bilans de ses clients. L’étude se fonde sur un échantillon de près de 4.000 entreprises clientes (de Gros-Œuvre, Second-Œuvre et Travaux Publics), et permet d’appréhender l’évolution de la situation des entreprises du secteur de la construction au fil des années. Cette année, le rapport montre une amélioration de leur rentabilité mais une trésorerie qui s’amenuise. 


La baisse de la valeur ajoutée se poursuit

La valeur ajoutée (VA) des entreprises du BTP, reste en deçà du niveau observé en 2008. Les difficultés rencontrées sont notamment l’augmentation du prix des matières premières et une activité sous tension dans certaines régions qui favorise une concurrence vive entre les entreprises.

 

L’affaiblissement de ce taux de VA est un indicateur d’alerte à suivre. Si elle devient insuffisante pour couvrir les frais de fonctionnement, l’entreprise aura des difficultés à atteindre son point mort et donc à générer des bénéfices. Dans cette hypothèse,les structures financières ne peuvent plus se renforcer.


Le coût de la main d’œuvre diminue

Le coût des charges de personnel par rapport à la valeur ajoutée est en baisse en 2018. En effet, ces charges représentent environ 84% de la valeur ajoutée pour les activités du Gros-Œuvre (vs. 86% en 2017) et 80% pour les Travaux Publics (vs. 81% en 2017).

A noter que le personnel extérieur à l’entreprise est en progression sur 2018, en particulier sur le Gros-Œuvre.


Redressement de la rentabilité

Fin 2018, la rentabilité des entreprises du BTP (résultat net/chiffre d’affaires) retrouve presque son niveau de 2008 (situé alors à 2,5% pour les Travaux Publics et 3,1% pour le Gros-Œuvre). Le ratio augmente par rapport à 2017 pour atteindre respectivement en 2018, 2,4% pour le Gros-Œuvre et 2,8% pour les Travaux Publics.

Ce rebond provient d’un redressement de l’excédent brut d’exploitation des entreprises, mais aussi de frais financiers modérés (taux faibles) et de l’impact du CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi).

 

Recul de la part des entreprises en perte en 2018

Si de 2013 à 2016, la part des entreprises en perte n’avait cessé de croître, depuis, elle recule chaque année tous secteurs confondus. Une rupture particulièrement significative dans le secteur du Gros-Œuvre dont la part représentait 17,6% en 2016, et se limite à 10.3% en 2018. Quant aux entreprises des Travaux Publics et Second-Œuvre, la part des entreprises en perte en 2018 est respectivement de 12.0% et 13.1%.

 

Des délais clients toujours très importants

 

Les délais clients moyens restent toujours trop élevés en 2018 avec des délais constatés de 87 jours dans le Gros-Œuvre, 91 jours dans le Second-Œuvre et 93 jours dans les Travaux Publics. 


Pour Sylvie Loire-Fabre, Présidente du Directoire de BTP Banque :« Depuis 10 ans, BTP Banque réalise une étude sur la santé financière des entreprises du secteur de la construction qui fait référence dans la presse spécialisée.

Elle permet à chaque entrepreneur de situer son entreprise grâce à différents ratios financiers analysés.

L’étude 2018 est globalement marquée par une amélioration de la rentabilité des entreprises du BTP mais une trésorerie qui s’amenuise. La période actuelle reste délicate et la rentabilité, même si elle est en amélioration, ne permet pas encore de couvrir les besoins de trésorerie liés à la hausse de l’activité.

Les chiffres du bâtiment en 2019, seront meilleurs que ceux initialement prévus grâce notamment à la bonne tenue du crédit bancaire dans des conditions de taux très favorables.

Pour les travaux publics le rythme d'activité est toujours très dynamique grâce au contexte porteur du cycle électoral. Ainsi le taux de croissance pour 2019 devrait s’établir au-dessus de +10%.

Néanmoins des risques liés au contexte institutionnel incitent à la prudence. Citons par exemple : la menace d'un durcissement des règles prudentielles s'appliquant aux établissements de crédit ; la suppression, dès le 1er janvier 2020, du PTZ dans le neuf en zones B2 et C, ou encore la suppression du gasoil non routier.

Le secteur du BTP reste dans son ensemble créateur d’emplois mais peine à trouver les ressources en main d’œuvre nécessaires.

 

Les enjeux du secteur sont enfin d’assurer une bonne transition vers le numérique et les préoccupations écologiques comme le béton bas carbone, les véhicules de chantier moins polluants ou le financement de la transition énergétique.»

Autres produits de la catégorie

  • Etude 2015

    Etude 2015

  • Exercez vos professions sereinement !

    Exercez vos professions sereinement !

  • La protection de votre activité professionnelle en toute simplicité !

    La protection de votre activité...

  • Performance des entreprises du BTP 2019

    Performance des entreprises du BTP 2019